Le mariage Forcé de Molière (2013)

DOSSIER COMPLET

Farce tout public / 3 acteurs, 7 masques, 10 personnages, 18 lieux en plein air

LE SPECTACLE

À 3 acteurs et 7 masques pour 10 personnages, Les Fous Masqués créent Le mariage forcé de Molière en juillet 2013. C’est la première collaboration entre Henri ALEXANDRE et Pierre YVON, fondateurs de la compagnie. Produit avec le concours d’un autre collectif d’acteurs, Le Masque Ambulant, dont Pierre Yvon est l’un des créateurs, ce projet constitue la pierre angulaire de la création de la troupe et de sa démarche artistique.

Dans une mise en scène pleine de truculence et de virtuosité, les acteurs entretiennent avant, pendant et après la représentation un rapport complice avec les spectateurs.

Pour ce premier spectacle, la troupe est accueillie en résidence artistique dans l’Allier par une compagnie amie, le Footsbarn Travellling Theatre. Elle est entre autres soutenue par le Jeune Théâtre National et la Maison Louis Jouvet / École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier Languedoc-Roussillon.

De Juillet à Août 2013, 20 représentations sont données dans 19 lieux de l’Allier, de la Creuse, de la Corrèze et du Lot.

Mise en scène : Pierre YVON

Création Masques : Etienne CHAMPION

Composition et direction musicale : Romain FRANCISCO

Scénographie : Henri ALEXANDRE

Avec

Henri ALEXANDRE : Géronimo, Marphurius, Lycaste, Sganarelle, une égyptienne

Sylvain LEVITTE ou Romain FRANCISCO : Dorimène, Sganarelle, Alcantor, une égyptienne

Pierre YVON : Sganarelle, Pancrace, Alcidas, une égyptienne

L’OEUVRE

Sganarelle, vieux célibataire, prépare son mariage avec la jeune Dorimène. Mais pour la jeune coquette pressée d’échapper au joug paternel, cet arrangement ne signifie qu’indépendance et liberté. Craignant de se voir cocufié, il ne croise sur sa route pour le conseiller qu’ami trompeur, philosophes effrontés et bohémiennes confuses. De mal en pis, il découvre que sa fiancée a un amant, que le père veut se débarrasser d’elle, et, au moment de renoncer, se retrouve face au frère tout en arme… La fête finit vite en charivari grotesque.

Le Mariage forcé est un comédie-mascarade de Molière en trois actes, accompagnée d’un ballet. Le texte du spectacle correspond à la réduction en un acte, et sans ballets, réalisée par Molière pour une nouvelle reprise en 1668.

Article en cours de rédaction…

 

Article en cours de rédaction…

INTENTION DE MISE EN SCÈNE

Chaque époque trouvant chez Molière des correspondances assez justes, cette pièce satirique, tableau des mœurs et des caractères, correspond parfaitement à notre temps et au théâtre que souhaite représenter la troupe. Cette courte comédie montre avec génie les déambulations absurdes d’un quidam naïf, angoissé de sa propre affaire, ne rencontrant que mépris, intérêt, moquerie et égoïsme.

Dans la tradition d’un théâtre de tréteaux, la compagnie a adapté cette comédie-mascarade au jeu masqué, accentuant le ridicule des personnages et leurs invariables fourberies,  le comique des situations improbables et le caractère tragique de l’épopée du pauvre Sganarelle.

Dans la mise en scène, tout est affaire de virtuosité. Les trois acteurs interprètent chacun plusieurs des dix personnages de la pièce, masqués ou non, changeant leurs voix, leurs postures et leurs costumes. Tout au long du spectacle, Sganarelle, protagoniste principal qui provoque chez les spectateurs empathie et compassion, est incarné sans masque alternativement par les trois acteurs pourvu du même costume. Tous les autres personnages sont masqués et viennent chacun leur tour tourmenter notre héros, rendant son périple de plus en plus cauchemardesque. Le public complice de cette folie, voit l’histoire se raconter dans un ballet virevoltant dont le rythme s’accélère de scènes en scènes. Il est témoin des travestissements successifs, le plus souvent cachés mais joués parfois devant leurs yeux, comme un tour de passe-passe.